- Rejoindre la France libre (2)

 

REJOINDRE LA FRANCE LIBRE (2)

Au moment où l’armistice est signé, Henri Lafont se trouve au centre d’instruction de la chasse,
sur la base d’Oran la Sénia, en Algérie.

Une authentique capitulation

Comme tous ses camarades, Henri Lafont avait cru la France invincible. La plupart pensaient que l’armistice n’était, en fait, qu’une sorte de ruse de guerre qui allait permettre à l’armée française de reprendre son souffle pour pouvoir continuer le combat en Afrique du nord. Beaucoup croyaient en cette possibilité et, sur la base, les rumeurs allaient bon train.

Ce bel enthousiasme, un peu naïf, n’allait pas tarder à être douché : sur la base, des mesures sont prises quelques jours après l’annonce de l’armistice pour rendre les avions inutilisables. Dès lors, il n’y a plus aucun espoir de voir la France reprendre le combat.

Loin d’être la ruse à laquelle on s’efforçait de croire, l’armistice est une authentique capitulation. Et pour ceux qui se refusent à rendre les armes, une seule solution : rejoindre au plus vite le pays qui se bat seul contre les Allemands, I’Angleterre.


Un décollage acrobatique

Le 29 juin, à 16 heures, tous les pilotes du Centre d’instruction sont convoqués chez le colonel commandant la base d’Oran. Mais ce n’est pas pour leur annoncer la poursuite de la lutte. Bien au contraire, il les exhorte, au nom de la discipline, à ne pas chercher à poursuivre la lutte et surtout à ne pas tenter de se rallier aux Anglais. Les irréductibles ne se laissent pas convaincre. Ils décident de tenter leur chance. Pour eux qui sont en Afrique du nord, la chance porte un nom : Gibraltar.

L’avion, ce sera un bimoteur Goéland et, pour la navigation, on se contentera d’une carte détachée d’un livre de classe.

30 juin, 04 h 45.

À l’intérieur du bimoteur, six hommes : Mouchotte, Guérin, Lafont, deux sous-lieutenants appartenant à l’armée de terre et un sergent mitrailleur. Les aviateurs pensent à ce que leur ont dit des matelots britanniques rencontrés dans les bars d’Oran : Gibraltar ne possède pas d’aérodrome.

Il faudra "se vomir" en mer, ou se poser sur une plage. Mais, cela, c’est encore le futur. Le présent, c’est Mouchotte qui s’affaire à lancer les moteurs. Le droit démarre au quart de tour ; le gauche se fait un peu prier, mais pas longtemps. Le Goéland ayant fait, lui aussi, l’objet de la sollicitude des autorités de la base (hélice au grand pas ; commande d’hélice débranchée), ce que le pilote ignore.

Le décollage est acrobatique. Mais réussi. Cap au sud.

À Gibraltar., une bonne surprise attend le curieux équipage : le célèbre rocher possède un terrain fort honnête et, contrairement aux bruits répandus par des esprits (involontairement ?) chagrins, l’accueil anglais est très... britannique : courtois et compréhensif puisque les six échappés sont rapidement menés au mess où un copieux breakfast leur est offert.


Condamnés à mort

La dernière bouchée avalée, les six hommes sont conduits à l’Amirauté. Ils apprennent qu’un général français du nom de De Gaulle, a lancé, le 18 juin, un appel invitant ses compatriotes à le rejoindre pour continuer le combat en Angleterre.

Le 13 juillet, Henri Lafont et ses camarades débarquent à Liverpool et, le lendemain, ils assistent à la première prise d’armes française en présence du général De Gaulle. Quelques jours après, les Anglais sélectionnent ceux qui allaient être les premiers affectés dans les escadrilles britanniques.

Les heureux élus s’appellent :

- Henri Bouquillard (évadé par bateau de Gibraltar.),
- Yves Brière,
- Maurice Choron (évadé de Port-Vendres sur un cargo),
- François Fayolle (il s’est évadé avec un camarade de la base  d’Oran aux commandes d’un Simoun),
- Charles Guérin,
- François de Labouchère (évadé de Bayonne),
- Xavier de Montbron,
- René Mouchotte,
- Georges Perrin
- Henri Lafont.

Première étape : Old Sarum, où les instructeurs anglais vont tester les nouvelles recrues venues de France, avant de les envoyer dans les OTU (Operational Training Unit). C’est là que les pilotes français apprendront par les journaux que :

- « Tous les militaires français déclarés rebelles ayant rejoint une armée étrangère pour continuer
     à combattre, seront condamnés à mort s’ils ne sont pas rentrés avant le 15 août ».

Tiger Moth. Hawker Hector. Les vols d’entrainement qui se succèdent au rythme de plusieurs par jour, font vite oublier aux exilés volontaires ce détestable avertissement.


Première mission : bredouille

Le 10 août, soit deux jours après que les Allemands eussent déclenché la première d’une série d’attaques aériennes massives, les pilotes sont regroupés sur la base d’Odiham avant leur départ pour les unités d’instruction.

Neuf jours plus tard, c’est le départ en école de chasse. Après quelques heures sur Harvard (T-6), les Français sont lâchés sur Hurricane. Pour Henri Lafont, le grand jour se situe le 25 août. L’entrainement s’accélère. Les heures de vol succèdent aux heures de vol car il faut tenter de compenser les pertes en opérations.

10 septembre : Le moment tant attendu est arrivé, mais l’affectation au Squadron 243, stationné en Irlande du Nord, déçoit les "quatre mousquetaires", Bouquillard, Mouchotte, Perrin et Lafont : ce n’est pas là qu’ils vont avoir l’occasion de se frotter aux Allemands.

La déception est de courte durée puisque six jours plus tard, les quatre pilotes reçoivent l’ordre de rejoindre le 615. Un squadron qui s’est distingué pendant la campagne de France et au moment de Dunkerque. Comme il avait subi de lourdes pertes, on l’avait envoyé au nord pour lui permettre de reprendre des forces. Aussi, quand les pilotes français arrivent au 615, le squadron est en semi-repos à Prestwick.

Mouchotte et Bouquillard sont affectés au flight "A", Lafont au flight "B" commandé par Tony Eyre, ancien étudiant en droit qui totalise déjà huit victoires homologuées.

Le 21 octobre, Henri Lafont effectue sa première mission comme numéro deux de Tony Eyre. Il rentrera bredouille.

Fin octobre : Bouquillard et Perrin sont affectés au Squadron 249, basé à North-Weald, dans le sud de l’Angleterre. Mouchotte et Lafont les regardent partir avec envie. Là, on se bat vraiment. Mais le 9 octobre, ils sont envoyés, avec le 615, à Northolt, dans la banlieue de Londres pour relever un squadron polonais.

Les opérations : interceptions et couverture à priori (c’est à dire le balayage d’un axe pendant une heure et demie pour attendre une attaque éventuelle) commencent dès le lendemain. Mais la Bataille d’Angleterre dure déjà depuis un mois et les bombardiers allemands commencent à se faire plus rares au-dessus des îles britanniques.

En dépit de leur acharnement, les pilotes français ne feront aucun score pendant la Bataille d’Angleterre et leur palmarès, à la fin de l’année 1940, est encore vierge.

Ils étaient arrivés un peu tard. Mais ils avaient participé, et les années qui venaient allaient leur permettre de donner la pleine mesure de leurs capacités.

< Rédacteur inconnu
< Origine du texte : Internet (site Histoire du monde.net)

 

Date de dernière mise à jour : 29/12/2014