- Crash dans la forêt vierge

 

CRASH DANS LA FORÊT VIERGE

En revenant de Koufra, secteur très sec, un Blenheim, en liaison Brazzaville-Bangui, après
deux heures de vol se crashe en pleine forêt vierge tropicale, les trois occupants de l’avant
ont tués sur le coup, dévorés dans la nuit par les fourmis cadavres, les deux de l’arrière,
le mécanicien et le radio sont, malgré leurs blessures, miraculeusement épargnés,
Ils apporteront, un mois plus tard, l’explication de ce drame.


gb1-1-2.jpg
                                                                                                                Bristol "Blenheim" (DR)

Sur Blenheim le décollage s’effectuait sur Inner tank car, en cas de panne moteur les consignes prévoyaient l’expulsion par vide-vite du carburant des réservoirs extérieurs. Après un décollage normal, en fin de montée, le mécanicien passait alors sur Outer tank jusqu’à épuisement du potentiel, environ deux heures, pour revenir sur les intérieurs jusqu’à la fin du vol.

Toutes ces manœuvres, commandées à partir d’un volant entraînant un câble coulissant dans une gaine bowden (à l’image des freins de vélo) entraînant, par rotation, un robinet d’ouverture-fermeture.

Alors que l’avion se trouvait à deux mille mètres le mécanicien, au moment du changement de réservoir, découvre avec horreur, que la commande est obstinément bloquée, les deux moteurs s’arrêtent et c’est la disparition dans l’enfer vert qui se referme tel un tombeau sur ce malheureux équipage.

Le radio, seul encore valide sauve le mécanicien atteint d’une fracture ouverte du bassin, attaqué par les fourmis, en l’enveloppant dans un parachute arrosé d’eau de Cologne, alors qu’elles dévorent pendant la nuit, les dépouilles des membres d’équipage situés à l’avant de l’épave. Ces fourmis (Magnans) agissent en colonnes d’une trentaine de mètres, sur environ, quarante centimètres de large et mesurent chacune, entre quinze et vingt millimètres.

Au matin, comble de l’horreur, le radio découvre les squelettes complètement nettoyés de ses camarades avec seulement les yeux épargnés…

Dans le silence, la quasi-obscurité, l’odeur de cadavre insupportable, tenace, caractéristique de ces fourmis, pour se donner du courage, toutes les minutes environ, il introduit une cartouche dans la mitrailleuse et tire dans l’espoir incertain d’être entendu. Le miracle eût cependant lieu car, après plusieurs jour, des pygmées de la région d’Impfondo, en chasse au voisinage du lieu du crash, apeurés par les tirs intempestifs, sont allés prévenir le chef du village le plus proche, au bord du Congo, qui, tirailleur-clairon retraité, guidé par les indigènes, donnait un coup de clairon en réponse à un tir, les sauveteurs parvenaient ainsi jusqu’à l’épave.

Les deux rescapés, un mois plus tard, rejoignaient Bangui en pirogue et pouvaient expliquer l’origine du drame. L’explication technique du blocage reposait en fait sur la dilatation des guides (klingérite) de la gaine du câble de commande, due à l’augmentation de l’humidité relative très élevée en zone tropicale alors que le serrage avait eu lieu en secteur particulièrement sec. L’avarie était due au choix d’un matériau instable. Il s’agissant bien d’un piège.

> Origine du texte : Internet


Date de dernière mise à jour : 31/03/2012