- Un terrible accident endeuille le "BEARN"

 

UN TERRIBLE ACCIDENT ENDEUILLE LE BÉARN

Untitled1 1

Lors de mon affectation en Indochine, le GT 1/64 ‟Béarn‟ était provisoirement installé, sous des tentes, sur la BA de Tourane. Après quelques missions depuis cette base vers Vientiane, Bach-Maï, Hué, Paksé, j'ai été désigné pour prendre le service de "Sgt de semaine" du 15 au 21 décembre 1950. C'est durant cette semaine qu'un terrible accident a littéralement décapité notre Groupe.

Baron-5.jpgJunkers 52 (DR)

Le 18 décembre 1950, une mission de bombardement est programmée pour le JU-52 n° 328 F-RBEH avec le Cne Lombard comme PCA, sur un objectif situé à environ 10 km dans le sud de Tourane (Da-Nang aujourd'hui), mission accompagnée par le JU-52 n° 384 F-RBDX du Lt de Saxcé  PCA, transportant des stagiaires de l'École d'appui aérien de Hué.

Sur l’objectif, dès les bombes larguées, le navigateur-bombardier du "Echo Hôtel" observe qu'une lampe est restée allumée sur sa boite de commande, ce qui signifie qu'une bombe semble ne pas s'être détachée.

Sollicité pour aller vérifier de près, l'avion suiveur "Delta Xray" se rapproche par-dessous et...... c'est l'accrochage !

Les deux avions tombent et percutent le sol à 10 h 40 vers Muong-Giap dans le sud de Tourane. La colonne de fumée, visible depuis la Base, ne laisse aucun espoir !... 

Ont péri et sont "Morts pour la France" en ce 18 décembre 1950 :

   - À bord du n° 328 EH :

- Cne Lombard, commandant de Groupe,
- Cne Schyn, leader navigateur-bombardier,
- Lt Soler, leader radio, 
- Lt Chavanieu, officier adjoint technique, 
- Sgt Moenne-Locoz, navigateur-bombardier, 
- Sgt Rapiat, radio (camarade de promotion dont c'était la première mission...)
- Sgt WIillerval, mécano volant, 
- Sgt Pouget, mécano équipement,
- Sgt Bussi, mécano armement (j’étais arrivé avec lui par la ligne 102, Le Bourget – Saigon, à bord du  C-47 F-RBFG du groupe ‟Anjou‟ et nous avions sympathisé ; Jeune marié,  il quittait sa femme pour la première fois!...)

   - À bord du n° 384 DX :

- Lt de Saxcé, leader pilote, 
- Adj Guiraud pilote,
- Sgt Bertrand, navigateur,
- Sgt Dalet, radio,
- Sgt Albert, mécano volant

et avec eux :

- Sgt Lachaud du GATAC-Centre ainsi que dix membres de l'Armée de terre et cinq officiers vietnamiens de l’École d’appui aérien.

Les corps disloqués et carbonisés sont ramenés à Tourane le soir même, répartis dans 30 cercueils et rassemblés dans une chapelle ardente. Je n'ai guère eu de difficultés pour relever, toutes les heures, le piquet d'honneur placé à leur chevet.

Ju aJu bLes débris des deux appareils (Daniel Crouillebois)

Dès le lendemain 19 décembre, le Groupe consacre toute la journée à rendre les derniers honneurs à ses morts, en union avec toutes les autorités de la Place de Tourane.

Tombes a n touraneLes sépultures dans le cimetière de Tourane (Bernard Gaudineau)

Le Cne Walter assume, par intérim, la fonction de Cdt de Groupe jusqu'au retour du Cne Lacoste, Cdt en second, hospitalisé à Saigon.

Après cette terrible épreuve, l'ambiance des "Bœufs" est à la torpeur et à la tristesse. Cependant il faut bien assumer car la guerre ainsi que les missions, continuent !

Dès le 20 décembre, le Lt Sagot, chargé des OPS, envoie le Lt Poux et son équipage larguer des tracts dans la région de Vinh, véritable fief du Vie-Minh, tandis que le Lt L'Heveder et son équipage (Sander, Lacote, Houssay, Lamaison) partent l'après-midi sur le n°088 F-RBEU pour Paksé.

Service de semaine terminé, je pars le 22 décembre avec le Sgt Bonhomme pilote, pour "briquer l'axe", sur Tourane – Hué – Dong Hoï et retour à bord du n°  334 F-RBDG (celui qui est stocké dans l'entrepôt du Musée de l'air à Dugny depuis bien des années !)

Le 23 décembre, notre camarade Jouneau rentre, via Pleiku, d’un long détachement à Saigon et découvre à l’arrivée à Tourane, une caisse de Champagne oubliée sous le lit de sa chambre ; à qui appartient-elle ? nul ne le sait, pas d'inscription; n'a-t-elle pas été oubliée là, pour nous aider à conjurer le mauvais sort ? Toujours est-il qu'une fine équipe d’une douzaine de radios (Abadie, Bosc, Gadois, Gaudineau, Grandvalet, Jouneau, Lacote, Lanssade, Maestre, Sarreméjean, Secondi et qui encore ?...) se retrouve le soir du 24 décembre, "Chez O'KAY", le restaurant de l'aérogare, pour y faire un excellent dîner de Noël et, of course … au Champagne - dîner bien arrosé, cela va sans dire ! ...

En fin de soirée, l'ami Pierre Gvt tient absolument à nous faire assister à la messe de minuit. Une petite chapelle en bambou est érigée sur la base et, cahin-caha, nous nous y rendons. Lorsque nous y arrivons, non sans mal !... la messe est déjà commencée. Nous nous installons dans le fond et notre station debout quelque peu chancelante, occasionne quelques bruissements contre les parois en "képhen".

Quant à nos chants, et notamment celui du ‟Minuit chrétien‟, ils auront des accents ainsi que des relents quelque peu avinés. D’ailleurs, l’un d’entre-nous dont le train se déverrouille, se retrouve au sol !

Merci ‟Padre‟ de ne pas nous avoir virés avec pertes et fracas! ...

                                                                                                                    Bernard GAUDINEAU

Date de dernière mise à jour : 09/06/2014