- Solenzara, brèves de comptoir

 

SOLENZARA, BRÈVES DE COMPTOIR

 

 

Un jour de manoeuvre, nous sommes en alerte en bout de piste à Solenzara et le radar de défense nous "scramble". Vite fait bien fait, nous rattrapons 2 F-104 italiens qui ne nous ignorent superbement. 

Dialogue avec le radar d'interception : 

- « Mirage xx, à Radar : visuel sur la cible, deux F-104 italiens. Demandons instructions »
- « Radar à Mirage : rapprochez-vous et vérifiez votre identification, les italiens ne sont pas prévus dans ce secteur.»
- « Mirage à Radar : nous sommes maintenant en patrouille serrée sur les F-104 et il s'agit bien d'avions italiens. Sur leur fuselage il est marqué : « E pericoloso sporgersi.»

Silence du radar...

                                                                         ***

Pendant les actions vitales avant décollage et au break du F-104, le moteur et la soufflante émettaient des rugissements particulièrement désagréables. 

Nos amis belges de KB les appelaient : « la plainte du contribuable... »

                                                                          ***

Jean-Joseph se présente en finale 36 avec le F-100 biroutier. 

 Le vent vient de la montagne, à chaque extrémité de la piste les biroutes sont horizontales et se font face, l’arrondi s’annonce sportif. À 200 pieds il annonce :

- « Remise de gaz.»

Le moteur repart normalement en crachant sa fumée noire et Jean-Joseph, un peu stressé et à l’insu de son plein gré, touche et se pose finalement 400 m après la barrière. 

                                                                            ***

23 heures dans le bâtiment dortoir de l’escadron. 

Dans les couloirs ça commence à causer fort. Le regard encore vaseux, nous apprenons qu’il manque un des mécanos du groupe qui rentrait du village. Il était en Solex et personne ne l’a revu. Ceux qui étaient en voiture pensaient qu’il était derrière, ceux qui étaient en vélo pensaient qu’il était devant. Branle-bas de combat.

Nous partons une dizaine à sa recherche, sans succès. 

C’est finalement en remontant de Solenzara, à pieds et en cherchant des traces d’accident, qu’un de ses copains l’a retrouvé dans le fossé avec son Solex, et caché par le maquis. Il dormait !

Le bar a fait fortune pendant quelques jours.

                                                                                                    Denis TURINA