- P à P - NY

 

POINTE À PITRE – NEW YORK, HARD DAY

15 décembre 1968.

Il fait un très beau temps chaud quand nous décollons de Pointe à Pitre à midi pour un aller-retour vers New York, d’où nous devrions être rentrés dans la soirée. Seul hic, il ne fait pas beau là-bas et de la neige est prévue. En fait elle tombe dru et les MTO que nous prenons en vol se dégradent rapidement.

B 707                                                                                 Boeing 707 (DR)

Quand nous arrivons 4 h après à proximité, il y a une quarantaine de cm de neige au sol et le terrain est fermé. Nous faisons quelques hippodromes d’attente en nous concertant avec le chef d’escale, qui ne nous laisse aucun espoir de voir une piste ouverte dans notre délai d’attente possible. Nous nous déroutons donc sur Washington où nous nous posons sans difficultés, comme le font aussi des dizaines d’autres avions.

Carte pa p ny

Le Boeing 707 ne disposait pas de l’APU, (Auxillary Power Unit), ce petit réacteur dans la queue qui donne au sol sur les avions modernes de l’énergie électrique, hydraulique et thermique et nous sommes obligés de laisser tourner un réacteur et de garder les passagers à bord, car l’aérogare est saturée. Il souffle un blizzard de Grand Nord et nous attendons stoïquement que les déneigeuses aient dégagé les pistes de New York.

Trois heures se passent avant que nous ayons refait le plein et que nous soyons autorisés à repartir sur Kennedy Airport redevenu opérationnel.

À l’arrivée, nous aimerions nous arrêter là, mais le chef d’escale nous informe qu’il a une centaine de passagers dans l’aérogare et que les routes vers la ville sont impraticables.

Les pistes se ferment à nouveau, car la neige tombe toujours. Les services de l’aéroport se démènent comme des diables et après 3 h d’escale, nous embarquons nos passagers et pouvons repartir pour Pointe à Pitre, où il fait toujours très beau.

Il est 4 h du matin quand nous nous posons enfin, harassés. Nous avons effectué 10 h 30 de vol en 3 étapes, 17 h de service et une grasse matinée fut bien méritée !

                                                                                                                   Christian ROGER

> Extrait de “Piloter ses rêves” (Ed : Bookelis - 2.015)

Piloter ses re ves

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 26/07/2016