Mission PTT impromptue

Mission PTT impromptue

Ou, … la mission qui a marqué la fin de mon séjour en Indochine !

De retour à Nhatrang fin mars 1952, l'équipage ʺLéost-Charrière-Gaudineauʺ est dissout ; dès lors, le programme est réduit au … farniente : plage, parties de pétanques, soirées en ville, etc. … quant à l'activité aérienne, elle se résume à une mission de transport aller-retour Nhatrang- Saigon le 8 avril avec le Cne D., notre commandant de groupe puis, un bombing le 15 avril avec le Cne G., notre chef des OPS et enfin le 18 avril, cette ultime mission.

Ju52 nhatrangJu 52 bombardier sur le parking de Nhatrang

Il s’agit d’une mission de bombardement à bord du Ju 52 n°387 FRBDY, en équipage avec le Cne D. PCA (Pilote Cdt d’Avion) et le Cne F. navigateur-bombardier, un duo de "trompe la mort" à la réputation bien établie !

Nous arrivons sur l’objectif et, à l'altitude requise, le navigateur-bombardier largue son chapelet de 50 kg : les bombes sont au but et "ça crame" !
Ensuite pour parachever le travail, descente en rase-mottes avec passage à travers l'épaisse fumée pour ensuite, déverser notre chargement de touques de napalm.
Cette manœuvre se fait grâce à un toboggan sur lequel les touques, munies chacune de leur allumeur, glissent jusqu'à la sortie (la porte ayant été démontée avant le départ) …
Au premier passage un bruit du genre "Tac Tac Tac" se fait entendre : à l'avant, les deux compères n'entendent rien ! ... et d’ailleurs, ils n’entendent pas plus au deuxième qu'au troisième passage ! ... enfin, toutes les touques sont larguées et c'en est terminé. Eh bien non, car "mes deux intrépides" ont repéré une ligne téléphonique toute proche : et c'est parti pour un premier passage entre les poteaux en bambou qui soutiennent la ligne. Notre avion n’est pas équipé du dispositif avec grappin prévu pour cela ; qu'à cela ne tienne, les roues de la « Julie » feront l’affaire ! Le comité d'accueil avec sa 12,7 est toujours là : loupé, et pour lui et aussi pour nous fort heureusement, bien que j’aie entendu des bruits bizarres ! Alors on remet ça… 2 fois, 3 fois, je ne sais plus et, enfin on l'a eue cette ligne et on en ramène une bonne longueur … enroulée autour du moyeu d'hélice du moteur central plus, évidemment quelques trous dans le fuselage ! 

De retour sur la base, après cette 204ème mission je fais savoir haut et fort, que pour moi, c’était bien la toute dernière mission ! Et ce sera bien la dernière !
Le lendemain, mon camarade Claude LANSSADE, alias Donald, qui m’a remplacé dans cet équipage, reviendra avec la cime d’un aréquier encastrée dans le bord d’attaque de l’aile !

Bernard GAUDINEAU ADC (H) 
À Champigny-sur-Marne, 17 avril 2019

 

Extrait du ʺRecueil ADRAR - Tome 1ʺ