Mirage vs U-2

On m'a rappelé un vol, peut être record, que j'ai fait à la 2ème EC, à Dijon sur Mirage III E équipé du moteur-fusée d'appoint, où je suis monté à ... 67.000 pieds altimètre, par un temps splendide (... et une tropopause très favorable parce que très haute). Verticale Dijon je voyais la Corse et la courbure de l'horizon très sombre. C'était en juin 1967 où il fallait à tout prix essayer d'intercepter et surtout photographier les U-2 US qui photographiaient impunément nos sites nucléaires et démentaient officiellement ces vols sur notre territoire (... pas vus, pas pris. En fait on les voyait très bien au radar).

Mirage3e fusee
Mirage IIIE avec fusée SEPR

La mission consistait, sous guidage très pointu des contrôleurs DA, à monter à la tropo (entre 35 et 45.000 ft) ensuite à accélérer à M 1.8, allumer la fusée SEPR (2 allumages possibles de 80 secondes au total) et monter à fort angle à iso-Mach 1.6 / 1.7 jusqu'à extinction du moteur fusée vers 62 / 65.000 ft habituellement, et altitude où volaient les U-2, en essayant d'accrocher au radar le U-2, invisible à cette altitude.

u-2.jpg
Lockheed U-2

La difficulté de la mission était surtout pour le contrôleur mais, à l'époque, ceux du CAFDA et de la station radar de Dijon étaient particulièrement entraînés et véloces.

Pour le pilote, la difficulté était plutôt au retour, avec une vitesse proche du décrochage lorsque la PC était éteinte et surtout un pétrole toujours très short, ajouté à l'inconfort du scaphandre haute altitude et en particulier du casque à visibilité un peu réduite.

J'ai eu la chance de ramener la 1ère photo (avec un vulgaire appareil du commerce dont on était dotés) d'un U-2 ... que j'ai bien failli "encadrer" en arrivant par l'arrière à M 1.7 alors qu'il volait à M 0.9 environ et que je tenais l'appareil photo de la main gauche tout en essayant de mettre l'U-2 dans un tout petit viseur optique !

Je crois que le pilote de l'U-2 a dû avoir un grand choc, dans tous les sens du terme, par l'onde sonique d'abord et ensuite la vision de ce Mirage au ras de ses moustaches, surgi de ses arrières, même si ses détecteurs l'avaient sans doute prévenu de l'hostile se rapprochant.

J'ai su beaucoup plus tard que cet épisode de l'interception avec photo avait beaucoup impressionné et inquiété les Américains, qui ont d'ailleurs suspendu leurs vols U-2 pirates au-dessus de la France... pour les reprendre plus tard en SR-71 à M 3.0, à 75.000 ft et plus... mais c'est une autre histoire !

C'était la belle époque de "LA CHASSE B...! "
                                                                                     

Roger PESSIDOUS

Date de dernière mise à jour : 15/04/2020

Commentaires

  • Geron
    • 1. Geron Le 06/05/2020
    Merci pour cette belle anecdote
  • Richard Pottier
    • 2. Richard Pottier Le 03/05/2020
    Bonjour,
    Je suis très intéressé par votre récit et j'adorerais avoir des informations complémentaires sur le Mirage IIIE utilisé pour cette interception.
    2ème EC ce sont les Cigognes ?
    Quelle immatriculation ? Quelle configuration ? SEPR et bidons supersoniques ou non ? Missiles, ou non ?
    Toute information complémentaire sera la bienvenue, pour un probable projet maquette.
    Merci d'avance.
    Bien cordialement
    Richard Pottier

Ajouter un commentaire