-Dorine Bourneton, pilote d'exception

 

DORINE BOURNETON, PILOTE D'EXCEPTION 

Dorine Bourneton est devenue paraplégique à 16 ans suite à un accident d'avion
dans lequel elle était passagère. Son leitmotiv : « Je ne peux plus marcher, alors je volerai »
Brevet de pilote en poche, elle se bat pour permettre aux pilotes paraplégiques de faire de leur passion
un métier. Elle devient la première aviatrice handicapée à participer au Tour de France aérien
des jeunes pilotes. Leader de la patrouille Bleue Ciel et pilote présentateur au Salon International de l'A
et de l'Espace.

L'accident

En double commande  

Le test final  

Démélés avec l'Administration  

Le Tour de France aérien des jeunes pilotes  

Maman à roulettes

Je suis une maman célibataire et en chaise roulante certes mais une maman extraordinaire ! Donner la vie et élever un enfant n’est pas une mince affaire. Et lorsqu’on est handicapée, le challenge revêt une saveur inattendue.

Pour moi, tout a débuté bien avant l’accouchement.

Lorsque j’ai appris à ma mère que j’étais enceinte, j’ai cru qu’elle allait s’évanouir. L’annonce l’a totalement bouleversée :

« Ce n’est pas possible ! » s’est-elle écriée. 

Non pas de joie, mais de désespoir. Ça commençait bien.

D’accord, je ne me déplace pas comme les autres. Mais je déborde d’amour. À l’instar de n’importe quelle femme, j’ai toujours su que je pouvais devenir mère à mon tour. À ma façon.

Quand on est une maman à roulettes, les premières années de maternité sont éprouvantes. J’étais épuisée par ma grossesse durant laquelle, laissant les besoins de mon corps s’exprimer, je m’étais aussi laissé envahir par les kilos. Assez commun pour une jeune maman me diriez- vous. Mais, avec ma mobilité réduite, chaque geste devenait une épreuve sportive, un challenge d’équilibre, un véritable exploit ! L’amour maternel me faisait rouler mais l’énergie manquait. Habiller ma fille, la nourrir ou encore l’installer dans un siège auto relevaient du défi paralympique ! Pour ainsi dire, mon handicap, jusque-là déjà pas très avantageux, m’empêchait désormais de m’occuper de ma petite fille en toute simplicité.

Heureusement comme pour beaucoup d’handicapés, il existe le System D.

La poussette, c’était moi. Une douce complicité que les autres mamans saluaient d’un sourire tendre et innocent lorsqu’elles nous croisaient dans la rue. Imaginez : une handicapée se déplaçant son bambin chaudement blottit contre elle. La belle image ! Sauf qu’un bébé porté se transforme en un bébé pot de colle. Résultat : ma fille me réclamait sans cesse. Attentive à ses besoins, je me précipitais au moindre gémissement, exténuée, sans repos et au bord de la crise de nerfs.

Dorfine be be.....née en juin 2006 (Coll. D. Bourneton)

Le caddie, c’était moi aussi. Les courses au supermarché sont devenues ma hantise. J’avais toujours besoin d’aide pour pousser le caddie-fauteuil débordant. Bébé sur les genoux, couches par-dessus, litres de lait, layette et sacs pleins à craquer arrimés à l'arrière...D’habitude si coquette, je ressemblais désormais à Zézette [NDLR : Marie-Anne Chazel dans Le père Noël est une ordure] avec ses fripes et ses frocs. La classe !

De nombreuses mamans m’avaient dit qu’un bébé ressent si sa mère est en difficulté et adapte son comportement, se faisait plus calme. Je ne dirais pas ça. C’est surtout le temps, la patience et l’entrée à la maternelle qui furent mes alliés.

Aujourd’hui ma jolie petite fille a six ans et une belle sensibilité. La maman à roulettes peut enfin souffler.

 

                                                                                                          Dorine BOURNETON


 

     > Extraits de "La couleur préférée de ma mère" (Ed : Robert Laffont - 2002)
et de "Au dessus des nuages" (Ed : Robert Laffont - 2015)

Livre 3

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 19/07/2016